Selon une étude, 60% des footballers finissent ruinés 5 ans après la fin de leur carrière

 

A l’heure où l’on parle d’un transfert à plus de 220 Millions et d’une prime à la signature d’environ 40 Millions le monde du football n’a jamais été aussi juteux pour le sport business.

Les footballers de ligue 1 touchent en moyenne un salaire d’environ 50 000 euros mensuels et ce chiffre est forcément tiré vers le haut par les salaires des joueurs des clubs tels que le PSG.

 

Ces salaires, mêmes s’ils sont disparates, sont hors du commun pour la plupart des Français.

Alors, me direz-vous, comment font-ils pour se retrouver ruiné ?

Dès leur plus jeune âge, les joueurs de football sont pourtant approchés par des sociétés et des banques qui les conseillent et les sensibilisent pour éviter les erreurs dès le départ.

C’est une approche certes louable, mais aussi et surtout une approche commerciale.

Une fois les contrats basiques d’épargne salariale, d’assurance et le compte en banque du joueur ouvert, ce dernier se retrouve livré à lui-même ou n’entend pas les conseillers qui sont exigeants dans leur approche en placement d’épargne patrimoniale.

Ainsi, les joueurs se retrouvent avec des sommes folles entre les mains à peine majeurs, et gravitent autour d’eux un nombre incalculable de commerciaux (ou autre…) de l’univers du luxe.

Voitures hors de prix, villas pour les vacances, yachts, montres, et pourquoi pas être bien accompagné pour une soirée et plus si affinité.

 

Le train de vie augmente pour s’adapter à ce que peut dépenser la personne et ce dans tous les milieux.

Nous arrivons, là, au fond du problème.

A vingt-cinq ans, beaucoup de joueurs ont contracté des prêts jusqu’à l’âge de quarante ou cinquante ans, alors qu’ils vont s’arrêter de jouer peu après trente ans (s’ils sont épargnés par les blessures).

La stratégie patrimoniale pour devenir rentier pour une personne lambda n’est pas simple à mettre en place et est contraignante sur une vie de travail entière.

Ce que ne semblent pas appréhender les footballers et les sportifs dans leur globalité (… nous y venons), c’est la durée extrêmement courte de leur carrière et donc de leur temps d’épargne.

Il faut donc absolument établir une stratégie d’épargne en fonction des désirs du sportif et des conseils apportés par des personnes avisées.

Immobilier, bourse, assurance vie, art, vin… Les solutions sont multiples. Se diversifier, réduire son train de vie dans une position raisonnable et négociée tout en sachant que son argent travaille est la clef d’une épargne patrimoniale réussi.

Le parallèle peut maintenant être vite fait avec le monde de l’e-Sport.

A ce jour, les joueurs sont loin de ces sommes et doivent donc être encore mieux accompagnés et conseillés afin de ne pas se retrouver dans une situation intenable après avoir touché des sommes confortables.

 

Cette estimation du top 10 français nous amène à réfléchir au plus vite sur les solutions qu’il faut mettre en place afin d’assurer l’avenir de ces joueurs mais surtout des joueurs ne faisant pas partie de ce tableau (« subtop ») en les conseillant sur des choix patrimoniaux car nous savons tous qu’un jour dans l’e-Sport est loin d’assurer celui du lendemain.

Certains se diront que dans le « subtop » les salaires ne permettent pas de coller au sujet écrit. Mais je pense que ce papier est, certes, une rédaction sur les sportifs mais que l’épargne est un sujet que chacun de nous doit aborder, du plus petit salaire au plus important.

 

Ce tableau est un exemple de ce que chacun peut prévoir d’épargner chaque mois avec certes un effort mais un effort atteignable et bénéfique.

Certains des joueurs sont étudiants, d’autres ont un travail « traditionnel », d’autres encore se consacrent totalement à l’e-Sport et doivent bien comprendre que s’il existe un parallèle pour l’épargne entre sportif et e-Sportif, ce même parallèle doit être fait pour l’atteinte des objectifs des joueurs d’e-Sport :

Le marché va se tendre, de plus en plus de joueurs vont se révéler et seuls les plus accompagnés, entourés et talentueux seront nos stars de demain.

A ce jour, l’instabilité de la scène et le peu d’équipe française à haut niveau font qu’il est important de se préparer très tôt à une carrière courte et assurer son avenir ;

Nous aborderons dans mes prochains sujets ces deux points importants de l’après carrière et de l’accompagnement d’un (e)-sportif.

 

A très vite,

Franck JORDI

 

N’hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux :   

Et par mail : contact@ioneo.paris